réaction à la position de Dominique de Villepin en février 2010 pour un retrait d’Afghanistan des forces françaises

Un ami se félicitait dans un post sur le forum des étudiants de Sciences Po Paris de la position de Dominique de Villepin pour un retrait des forces françaises engagées en Afghanistan :

[…] Je suis heureux qu’après avoir soutenu cette guerre en tant que membre du gouvernement, il ait déclaré à Sciences Po qu’il était favorable à un retrait de la guerre en Afghanistan. […]

Bon, on me dira à juste titre qu’il est facile de tenir cette position à la place où il est. Mais tout de même, c’est un retrournement de veste qui m’est agréable.

Voici la réponse intelligente qui a été fait par « huron », un autre forumeur (dont je ne connais pas l’identité mais qui dit toujours des choses intéressantes en matière de défense) :

C’est stupide de dire qu’on est « favorable à un retrait de la guerre d’Afghanistan »… Tout le monde est favorable à un retrait, même les Yankees (leur retrait est d’ailleurs déjà planifié : 2011). La vrai question c’est un retrait quand ? comment ? avec quelles conséquences ? selon quel calendrier ? Tu peux tout aussi bien te retirer après un envoi massif de troupes pour « finir le boulot » (stratégie étasunienne actuelle) que te retirer unilatéralement en enlevant toute présence étrangère (l’Afghanistan plonge sans doute dans le chaos). Donc ça ne veut rien dire être « pour le retrait ».

Je ne peux que souscrire à cette réflexion pleine de bon sens et qui oppose à cette annonce démagogique de Dominique de Villepin le principe de réalités.

Voici ci-dessous ce que j’ai ajouté en réponse  à ces posts. C’est ma position sur cette « sortie » anti-sarkozyste de Dominique de Villepin au lendemain de sa relaxe provisoire au procès Clearstream où Nicolas Sarkozy était partie civile.

Dominique de Villepin est assez proche de l’inconstance. Pourquoi quand il est aux affaires il tient un discours (« on reste en Afghanistan ») et quand il est dans l’opposition à Sarkozy il en tient un autre, comme par hasard exactement contraire à celui de son ennemi intime : « on se retire ». Je lui reconnais juste une cohérence entre sa position actuelle et le retrait des forces spéciales à l’époque en 2006 comme le rappelle Jean-Dominique Merchet sur le blog Secret Défense. Si c’était vraiment un début de retrait, ça n’était pas annoncé comme tel de 2005 à 2007 quand Dominique de Villepin était aux affaires. Et pendant la campagne présidentielle il n’a pas défendu cette position. Personnellement je vois surtout de l’opportunisme là-dedans. De plus, beaucoup d’Afghans à Kaboul et autour (qu’ils soient d’ethnie pachtoune, hazara, ouzbek ou tadjik) sont pour la présence de forces de l’OTAN et contre la présence des talibans pakistanais et tchétchènes, sans compter les agents de déstabilisation iraniens. Je me suis réintéressé récemment à l’Afghanistan (mon voisin y est parti en novembre pour 6 mois et un ami d’enfance aussi). J’ai lu le livre de Jean-Dominique Merchet Mourir pour l’Afghanistan
dans lequel celui-ci prône un retrait après des négociations avec les Talibans. J’ai aussi vu les 10 épisodes de la série documentaire de l’acteur/journaliste Ross Kemp en Afghanistan Ross Kemp In Afghanistan
dans laquelle un soldat de l’ANA (Armée Nationale Afghane) était pour le maintien de l’ISAF. Et série dans laquelle (dans  le dernier épisode de la « saison 2 » « Ross Kemp returns to Afghanistan ») l’ambassadeur britannique disait en 2008 que la présence étrangère et le soutien au gouvernement afghan durerait encore 10 ans. Il me reste encore 4 livres à lire sur l’Afghanistan dont 2 en français, j’en ferai le compte-rendu sur ce blog dès que je serai en vacances, le 22 février. Mon avis personnel est que le « surge » et les nouvelles règles d’engagement établies par le général américain commandant l’ISAF Stanley McChrystal ont de bonnes chances d’aboutir à un Afghanistan apaisé si ce n’est pacifié. Et la montée en puissance de l’ANA et de l’ANP (Aghan National Police) va produire des effets. On peut juste regretter les maigres soldes des soldats de l’ANA et des policiers de l’ANP comme le faisait un rapport récent du RETEX (retour d’expérience) d’un officier français que je vais essayer de retrouver (voir billet ci-dessous).

Voici les livres que j’ai déjà lu sur l’Afghanistan :

Jean-Dominique Merchet, Mourir pour l’Afghanistan

Christophe de Ponfilly, Massoud l’afghan

Brigitte Brault, Pour l’amour d’un guerrier

et voici les livres qu’il me reste à lire :

Ariane Quentier, Afghanistan : au coeur du chaos

Géopolitique du nouvel Afghanistan de Patrick Dombrowsky et Simone Piernas

Ross Kemp on Afghanistan

Jason BURKE, On the Road to Kandahar: Travels Through Conflict in the Islamic World

Une réflexion au sujet de « réaction à la position de Dominique de Villepin en février 2010 pour un retrait d’Afghanistan des forces françaises »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *